Make your own free website on Tripod.com

 

Pionnier du nationalisme algerien contemporain, la vie de Messali el hadj se confond avec la construction d'organisations politiques algerienne qu'il n'aura cesse d'animer : Etoile Nord-Africaine en 1926, Parti du peuple Algerien en 1937, Mouvement National Algerien en 1954.
De son vrai nom, Ahmed Messali, est ne le 16 mai 1898 a Tlemcen. Fils de cordonnier, issu d'une famille d'artisans et de cultivateurs, Messali el hadj connut une enfance libre, entoure de l'affection des siens. Adepte de la confrerie religieuse des Derkaouas, son education est fondee entierement sur le respect des traditions et des principes de l'Islam.
L'Etoile Nord-Africaine
Cette derniere voit officielement le jour en Juin 1926, date generalement consideree comme le point de depart du courant pour l'unite et l'independance de l'Afrique du Nord. Messali a alors tout juste 28 ans lorsqu'il est elu secretaire general de l'E.N.A. Son ascension commence, le congres anti-imperialiste de bruxelles en 1927 devait la souligner. Il y prononce, devant ceux qu'on appellera bientot les leaders du tiers-monde (Nehru, M. Hatta, Ho-Chi-Minh...) un discours retentissant ou, pour la premiere fois, est evoquee l'independance de l'Algerie.
En novembre 1929, L'etoile Nord-Africaine qui compte environ trois mille membres essentiellement en France, est dissoute a la veille des fetes du centenaire de la colonisation francaise.
En 1930, en pleine traversee du desert organisationnelle et politique, l'E.N.A. mandate Messali pour lancer un appele a la Societe des Nations. Ce memoire qui comporte chiffres et statistiques demontrant la faillite de la colonisationfrancise, sera largement diffusee par EL OUMA, journal de l'Etoile qui vient de renaitre. 
En 1933, l'E.N.A. rebaptisee glorieuse Etoile, redemarre ses activites. Le programme que definit alors Messali pour la nouvelle organisation est d'inspiration democratique et socialiste, dont reforme agraire, unite Nord-Africaine, respect de l'islam et lutte pour l'independance nationale sont les grands principes directeurs. Par ce programme, Messali s'affirme definitivement comme dirigeant politique. La police francaise qui commence a s'interesser de pres a ses activites, note dans un de ses rapports: <<En fait, l'E.N.A. se confond avec la personnalite de Messali el Hadj.>>
Des lors, son itiniraire personnel est intimement lie aux organisations nationalistes qui n'aura cesse d'animer.
En fevrier 1934, il s'associe aux manifestations antifascistes organisees par le proletariat francais au lendemain des emeutes du 6 fevrier.
Le 1er novembre de la meme annee, il est arrete pour propagande antimilitaristes et conduit a la prison de la sante le 6 novembre. Condamne a 6 mois d'emprisonnement et 2000 francs d'amende avec deux autres dirigeant de l'Etoile, il se voit refuser le regime de prisonnier politique.
La Glorieuse Etoile est dissoute et reconstituee aussitot sous le nom de
Union Nationale des Musulmans Nord-Africain, dont messali est elu president en Fevrier 1935.
En mai 1935, il comparait de nouveau et successivement devant les tribunaux d'Amiens et de Paris.
En aout 1935, il mene campagne en faveur de l'Ethiopie qui vient d'etre agressee par l'Italie, et intervient aupres de la Societe des Nations a Geneve. De nouveau condamne, il s'exile pendant six mois en Suisse ou il fait la connaissance de l'emir Chekib Arslan.
Le 14 Juillet 1936, a l'occasion du defile de Parisien, il participe a cette manifestation a la tete de plusieurs milliers de nord-africain, avec les mots d'ordre suivants : <<Liberez l'Afrique du Nord, Liberez la Syrie, Liberez le Monde Arabe!>>
Le 2 aout 1936, il rentre a Alger ou il prend la parole au stade municipale devant 20 000 personnes. Il se baisse, ramasse une poignee de terre et s'exlame: <<Cette terre est a nous, nous ne la vendrons a personne!>> son nom est desormais connu dans toutes l'Algerie. Durant trois mois, messali, aide de Hocine Lahouel, parcourt l'Algerie, fait acclamer le programme de lEtoile.
A Paris le gouvernement de Leon Blum, s'inquietant du developpement du mouvement messaliste, prononce la dissolution de l'Etoile le 25 Janvier 1937.
De retour en France, Messali avec A. Fillali autre dirigeant, fonde a Nanterre, le 11 mars 1937,
le Parti du Peuple Algerien.
Il est elu president de la nouvelle organisation et retourne en Algerie pour en assurer la direction. Les sigles varient mais l'ideologie demeure : l'independance de l'Algerie.
Le 2 aout 1937, Messali Hadj est arrete a Alger ainsi qu'un certain nombre d'autres dirigeants du P.P.A. Il entreprend avec ses camarades une greve de la faim, la premiere du genre dans le mouvement nationaliste algerien, pour l'obtention du regime politique.
Apres avoir comparu devant le tribunal correctionnel d'Alger, puis devant la court d'appel, il est condamne a deux ans de prison pour << reconstitution de ligue dissoute, provocation des indigenes a des desordres, manifestation contre la souverainete francaise>>
arret du 14 Janvier 1938. En octobre 1938, alors qu'il est encore en prison il est elu conseiller general d'Alger, a une ecrasante majorite. L'election est annulee par la prefecture d'Alger.
Messali est libere le 27 aout 1939. Le 26 septembre, le P.P.A. est dissout par decret, tandis que les journaux El Ouma et le Parlement Algerien sont interdits.
Le 4 novembre 1939 il est de nouveau arrete et detenu a la prison militaire d'Alger, avec plusieurs dirigeants du P.P.A
Le 17 mars 1941, il est condamne par vichy a seize ans de travaux forces, vingt ans d'interdiction de sejour, a la degradation civique et la confiscation de tous ses biens.
Le 26 avril 1943, cinq mois apres le debarquement des forces des armees alliees en Afrique du Nord, Messali Hadj est astreint a resider a Boghari avec la promesse d'etre libre, de circuler dans les deux mois.
Le 10 decembre 1943, il est deporte a Ain-Salah dans le Sud-Algerien dans un camp surveille militairement de jour et de nuit.
Le 4 janvier 1944, il est brusquement transfere a Reibell (Chelalla). La. il est entendu par la commission des reformes musulmanes et reaffirme son objective de l'independance pour l'Algerie.
Au cours de l'annee 1944, Messali fait adherer le P.P.A. clandestin aux Amis du Manifeste et de la Liberte, association constituee par F. Abbas en mars 1944. Dans les A.M.L, les partisans de Messali gagnent la majorite avec le mot d'ordre <<Independance et Constituante souveraine pour l'Algerie>>, au moment ou eclatent les emeutes de Setif et de Guelma, sauvagement reprimees (45 000 morts).
En novembre 1946 il est elu president du
Mouvement pour le Triomphe des Libertes Democratiques M.T.L.D qui succede au P.P.A.
En 1951, il se rend au pelerinage de la mecque, rencontre l'emir Abdelkrim, s'entretient avec differents leaders du monde arabe des preparatifs d'une eventuelle insurrection.
Le 14 mai 1952, un arrete du gouvernement general vient signifier a Messali que les trois departements d'Algerie et les Territoires du Sud lui sont interdits. Il est directement transfere a Boufarik, puis a Villacoublay par avion sans repasser par son domicile et reconduit a Niort. De sa residence forcee de Niort, Messali Hadj essai de resoudre le grave conflit qui est ne dans le M.T.L.D.

Opposant la majorité du comité central, partisan d' une politique réformiste, a l' ensemble de l'organisation demeure partisan de l'action révolutionnaire. Coupe du contact direct avec les hommes mêmes de son parti, Messali est désarçonne par l' impatience des jeunes activistes qui veulent tout et tout de suite. Il insiste sur toute les formes de la préparation révolutionnaire, l' instruction des militants, la lente poussée collective.
C'est pourtant lui qui protège ces jeunes regroupes dans l' Organisation spéciale (O.S), branche armée du M.T.L.D crée en 1947.
Du 13 au 15 juillet 1954, la majorité du M.T.L.D se réunit en congres a Hornu, élit Messali a vie et exclut les huit principaux dirigeants juges responsables de réformisme qui sont connus sous le nom de
CENTRALISTES.
Messali fait parvenir a ce congres un message ou il laisse entrevoir la préparation d' une lutte effective pour l'indépendance de l'Algerie. Il écrit :<< Au point de vue tactique, le moment est extrêmement favorable pour tenter de lier le problème algérien a celui du Maghreb Arabe et par la même internationaliser le problème algérien. ... cela et du domaine de la diplomatie qui, pour réussir doit être appuyée sur une politique intérieure révolutionnaire. Il n' y a pas plusieurs façons d' internationaliser un problème : il faut s' y mettre ou se démettre. >>
Ce n'est pourtant pas lui qui est a l'origine du déclenchement de l' insurrection le 1er novembre 1954 mais un noyau d' hommes jeunes, fatigues par les luttes de tendances, et agissant pour des motivations diverses.
Ces militants regroupes dans le Comité Révolutionnaire pour l' Union et l' Action C.R.U.A vont former le
Front de Libération National F.L.N. Instruit par toute l'extérieur de son passe, Messali reste insensible a l' idée de l' unité a tout prix. Il refuse de diluer ses objectifs propres dans un grand rassemblement qui englobe des réformistes, (F. Abbas), des religieux (les Oulamas), des communistes. Comme a son habitude, il espère puiser dans son superbe isolement les ressources propres a faire jaillir son organisation, rebaptiser Mouvement National Algérien M.N.A.
Les accusations pleuvent : culte de personnalité, mégalomanie, sectarisme... Coupes de toute aide des pays arabes prives en armes et en ravitaillement, isoles du mouvement ouvrier français qui opte pour le front, les partisans de Messali cèdent progressivement du terrain. Les divergences politiques vont se régler a coup d'armes automatiques. F.L.N contre M.N.A, le combat sera sanglant. accule par les maquis du F.L.N, Bellounis general du M.N.A, pactise avec la France. C'est la fin, la débandade. En 1958, Messali se rallie aux propositions du général de Gaulle. des lors, les divergences avec le F.L.N tendent a s'estomper aux yeux des militants qui restent encore au M.N.A.
En janvier 1959, Messali Hadj est libère. Le M.N.A va éclater en différentes fractions, tendances qui pour certains d' entre elles rejoindront le F.L.N vaincu, le vieux leader se retire de la scène politique. Il refuse de participer a la conférence déviant et abandonne le pouvoir a ceux qui l' accusaient de vouloir s'en emparer.
Il reste en France ou il termine sa vie, vivant modestement et s'attelant a la rédaction de ses Mémoire
commencées en 1970. Il meurt en juin 1974 en France.
La mort l'arrache enfin a l' exil pour le rendre a Tlemcen, sa ville natale. La, plusieurs milliers de personnes, prévenues de bouche a oreille, lui feront de grandioses obsèques le 7 juin, accompagnant son cercueil en chantant l'hymme du P.P.A.
 


 

[Home][Amirouche][Hadj Benalla][Mostefa BenBoulaid][Benyoucef Benkhedda][Rabah Bitat][Zoubir Bouadjadj][Bouchaib Belhad][Bachir Boumaza][ Boumedienne][Mouhamed Bouras][Didouche Mourad][Rabah Djermane][Ferhat Abbas][FERHANI][Krim Belkacem][LAHOUAL][LOUANCHI][Souidani][HOUARI SOUIYAH][ZAHOUANE][ZBIRI][ZEKKAL][Ben M'Hidi][Messali]

 

  toufik bakhti
tbakhti@hotmail.co.uk

 

 

marqueur eStat'Perso