Make your own free website on Tripod.com

 

 
HomeE.N.A.Les OulamasP.P.A.A.M.L.M.T.L.D.U.D.M.A.C.N.R.


1- Naissance du Mouvement

Après les massacres du 8 Mai 1945 et la libération de Messali el Hadj en octobre 1946, les cadres du Parti du Peuple Algérien tinrent une réunion à Alger en décembre 1946 au cours de laquelle fut examinée la réactivation du parti sous un nouveau nom "le Mouvement pour le Triomphe des Libertés Démocratiques" tout en gardant le Parti du Peuple Algérien en tant qu'aile politique secrète active.

2- Nouvelle orientation du parti

Le Mouvement a pris une nouvelle orientation en adoptant la méthode de la trêve avec la politique française, d'où l'appel de MESSALI El Hadj à participer aux élections et l'idée de la lutte légale. Cela donna naissance à une aile opposée à l'adaptation avec la politique coloniale et à la création d'une aile paramilitaire en février 1947 qui prit le nom d'Organisation Spéciale.

3- Programme du Mouvement

Le Mouvement a conservé le même programme que le Parti du Peuple , connu sous le nom de programme du MTLD, axé autour d'objectifs précis, notamment œuvrer à l'élimination du système colonial et mettre en place un système et une souveraineté nationale , organiser des élections générales sans discrimination raciale ni religieuse, mettre en place une république algérienne démocratique et sociale, jouissant de toutes les prérogatives, reliant l'Algérie à ses prolongements arabo-islamiques et africains
En outre, la structure et l'organisation du MTLD couvraient l'ensemble du territoire algérien de façon judicieuse et globale.

4- La Crise du Mouvement

La crise au sein du mouvement apparut de façon évidente lors de la tenue de son deuxième congrès en avril 1953, au cours duquel apparurent les questions essentielles du conflit entre le Comité Central d'une part et Messali et ses partisans de l'autre. Les membres de l'Organisation spéciale adoptèrent une position opposée au conflit, insistant sur la nécessité de sauvegarder l'unité du mouvement et assurer sa stabilité.
Selon les termes de la motion finale du deuxième congrès du Mouvement, il découla des travaux du congrès une décision stipulant la définition des prérogatives du président du Mouvement et l'instauration d'une sorte de démocratie au sein de la direction du mouvement et l'adoption des décisions à la majorité.
Messali avait en effet insisté pour jouir de pouvoirs absolus pour diriger le mouvement.
La deuxième décision a consisté à éloigner les plus importants collaborateurs de Messali du bureau politique, à savoir Ahmed MEZGHENNA et Moulay MERBAH et à faire élire
Benyoucef BEN KHEDDA en tant que secrétaire général du Mouvement et à lui choisir Hocine LAHOUEL et Abderrahmane KIOUANE comme adjoints.
Mais MESSALI El Hadj ne tarda pas à rejeter les décisions du congrès et il fut question dans la lettre de MESSALI aux militants du Mouvement du retrait de sa confiance au Comité Central. La lutte entre Messalistes et centralistes s'intensifia vu que chacune des parties campait sur ses positions.
Il s'en suivra l'émergence d'un nouveau mouvement connu sous le nom de Comité pour La Révolution, l'Unité et l'Action (CRUA) qui oeuvrera à concilier les deux parties mais sans succès, puisque les partisans de MESSALI se réunirent en Belgique les 14,15 et 16 juillet 1954 et introduisirent des aménagements à la structure du mouvement. Ce congrès fut considéré comme étant celui de la scission définitive puisqu'il en émana la décision d'écarter les anciens dirigeants du MTLD.

 

[Home][E.N.A.][Les Oulamas][P.P.A.][A.M.L.][M.T.L.D.][U.D.M.A.][C.N.R.]

 toufik bakhti
tbakhti@hotmail.co.uk

 

 

 

marqueur eStat'Perso