Make your own free website on Tripod.com


HomeAssassinats8 Mai 1945
Home 
Avant l'Occupation 
La conquete 
Abd el Kader 
Les Revoltes 
Nationalisme 
Les Nationalistes 
La Revolution 
G.P.R.A. 
L'independance 
Livres 
Pétition Mira 
Textes Officiels 

 

 

Il aurait été possible pour les manifestations qui avaient englobé la plupart des villes algériennes de se limiter à un certain degré d'affrontements entre les deux parties. Mais l'appareil militaire colonial, constamment à l'affût du peuple algérien, avait affirmé à ses démembrements, la nécessité de réprimer les Algériens pour éviter que ceux-ci ne s'insurgent contre la France. Il saisit donc cette occasion pour s'attaquer à des Algériens désarmés, qui avaient naïvement cru à la politique et aux promesses des partisans de la liberté et de la démocratie.

Aussi bien les archives françaises elles-mêmes que celles algériennes et étrangères témoignent  que la répression et les exactions avaient dépassé toutes les limites et qu'elles n'avaient aucune justification et c'est cet aspect qui a surpris les analystes et les observateurs.

La France avait employé tout son appareil militaire et mobilisé toutes les ressources matérielles et humaines pour tuer les Algériens.

Les groupes d'autodéfense, les  miliciens, les colons, la police et la gendarmerie  avaient tous participé à ces massacres collectifs. L'armée française mit en branle  toutes ses forces terrestres, aériennes et maritimes contre un peuple désarmé ayant voulu exprimer ses sentiments de joie et de victoire.

Tous les politiciens français avaient approuvé ses massacres dont rougirait l'humanité et s'étaient accordés pour sanctionner les Algériens et les réprimer. Le journal communiste "Liberté" avait appelé à la nécessité de liquider les Algériens, justifiant leurs crimes par le fait que les Algériens avaient enfreint les lois d'exception leur interdisant tout déplacement d'un endroit à l'autre.

Certaines sources rapportent que les Algériens étaient assassinés en prison par les gardiens sous le regard d'officiels français. Les Français avaient employé la méthode des opérations de fouilles systématiques dans la mesure où toute  maison rencontrée  sur leur chemin était fouillée et pillée.

C'est ainsi que de nombreux villages furent détruits par les bombardements aériens sur ordre du ministre communiste de l'aviation dans le gouvernement du Général De Gaulle.

La marine avait également bombardé bon nombre de villes côtières. Quant aux troupes de fantassins et de la légion étrangère, elles utilisaient les chars, pénétraient dans les maisons, tuaient, pillaient, violaient et agressaient sous prétexte de rechercher des rebelles et de prétendues armes.

A propos des massacres de mai 1945, un journal américain avait écrit  que les Français avaient utilisé un grand nombre d'avions pour frapper les civils algériens, que les bombardiers français avaient détruit des villages entiers peuplés d'habitants dans les environs de Sétif au cours d'une campagne qui dura neuf jours.

Les aviateurs français  avaient décollé trois cents fois en une seule journée, employant l'artillerie américaine lourde et moyenne. Ensuite, les avions de chasse français de fabrication britannique avaient décollé derrière les bombardiers américains pour liquider les populations qui fuyaient leurs demeures détruites, et larguaient des bombes sur les cachettes des Arabes dans les montagnes.

En plus des massacres collectifs, les troupes coloniales eurent recours à l'emprisonnement et aux condamnations à mort de tous les suspects.

Même si les comptes-rendus colonialistes français ont minimisé le nombre de morts, les estimations algériennes l'ont situé entre 45000 et 100.000 Algériens tandis que les rapports étrangers évoquent une  moyenne de 50.000 à 70.000 morts.

Les recherches continuent pour découvrir la vérité sur les crimes du colonialisme français en Algérie qui ont dépassé les limites. Les comptes-rendus militaires français eux-mêmes affirment que la répression s'est poursuivie jusqu'en 1946 mais la France s'est employée par tous les moyens à enterrer la vérité.

 

 

Assassinats8 Mai 1945

 

 

 

[F.L.N.][A.L.N.][Assassinats][La Souffrance][Vie Quotidienne][Ben M'hidi][Chronologie]



toufik bakhti
tbakhti@hotmail.co.uk


marqueur eStat'Perso