Make your own free website on Tripod.com

 

[Avant l'Occupation][La conquete][Abd el Kader][Les Revoltes][Nationalisme][Les Nationalistes][La Revolution][G.P.R.A.][L'independance][Livres][Pétition Mira][Textes Officiels]

L'Emir Abd-El-Kader

et  les prémices de l'Etat Algérien moderne

 

 

La formation:

Abd-El-Kader est né à la Guetna près de Mascara en 1808, élevé dans la zaouïa paternelle dirigée par si Mahieddine, il reçoit une éducation solide qu 'il complète auprès des maîtres éminents à Arzew et à Oran. Il apprend les sciences réligieuses,la littérature arabe, l'histoire, la philosophie, les mathématiques, l'astronomie, la médecine...  Platon et Aristote, AI-Ghazâli, Ibn Rushd et Ibn Khaldûn lui sont familiers, comme en témoignent ses écrits. Toute Sa vie, il étudie et développe sa culture.

Le pèlerinage:

Il effectue le pèlerinage à la Mecque avec son père en 1826 et prend contact avec l'orient. Les pèlerins se rendent ensuite à Baghdad pour visiter le tombeau de Sidi Adelkader Djilâni, fondateur de la confrérie al-Qàdiriyya à laquelle se rattache la zaouïa de la Guetna. Ils échappent ainsi aux menaces du bey d'Oran qui a pris ombrage de l'autorité spirituelle de Si Mahieddine et de son fils en Oranie. 

 

L'engagement et la guerre:

 Après la prise d'Alger en 1830, Si Mahieddine et le jeune Abd-El-Kader participent à la résistance populaire, Abd-El-Kader se distingue par son courage et son intelligence. Les tribus de l'ouest se réunissent et veulent choisir un chef pour détendre le pays. Si Mahieddine , sollicité, s'excuse en raison de son âge et propose son fils Abd-EI-Kader qui fait l'unanimité, il est investi en qualité d'Emir par une grande assemblée réunie près de Mascara, le 21 novembre1832. L'Emir s'engage à diriger la guerre contre l'occupation étrangère, il organise l'Etat national, constitue le gouvernement, désigne les Khalifas pour administrer les provinces, mobilise les combattants, crée une armée régulière! lève les impôts et rend la justice. Il signe le traité Desmichels avec le général d'Oran le 24 février 1834, ce traité reconnaît son autorité sur l'Ouest et le Chelf.  Ratifié par le Gouvernement français, il est mal appliqué. Insaisissable, l'Emir se montre partout et nulle part, son infanterie et Sa cavalerie sont mobiles et efficaces.

 

 

 

Bugeaud et I'Emir :

                                                                  

Le général Bugeaud nommé à Oran négocie un nouveau traité avec l'Emir, le traité de la Tafna est signé le 30 mai 1837. L'Emir contrôle désormais l'ouest, le Titeri et une partie de l'algérois. Il consolide l'état, bâtit des villes fortifiées, fonde des ateliers militaires, soumet les rebelles et les collaborateurs. Le traité donne lieu à des contestations avec le Gouverneur Valée et la guerre reprend en novembre 1839. Bugeaud nommé gouverneur, veut occuper tout le pays, il pratique la méthode de la "terre brûlée', détruisant toutes les villes, les récoltes, troupeaux... L'Emir résiste avec énergie, remporte de brillants succès comme celui de Sidi Brahim (23 septembre 1845). Mais le pays est ruiné, les tribus sont épuisées, le soutien du Maroc fait défaut. L'Emir décide d'arrêter la guerre et choisit l'exil (décembre 1847). Le Gouvernement français accepte de le transporter en Orient.

La prison et l'exil :

L'engagement français n'est pas respecté. L'Emir est conduit à Toulon, puis à Pau et Amboise. Il est considéré comme prisonnier d'état jusqu'à octobre 1852, date à laquelle Napoléon III vient enfin le libérer. Il s'embarque pour la Turquie et s'installe à Brousse, puis se fixe définitivement à Damas où il reçoit un accueil triomphal. En dehors de quelques voyages et d'un nouveau pèlerinage, il ne quitte plus la Syrie et consacre son temps à la méditation, à la prière, à l'enseignement et aux oeuvres de bienfaisance. En 1860, les émeutes de Damas lui fournissent l'occasion de s'illustrer comme un personnage hors série. Il sauve des milliers de chrétiens du massacre et fait reculer les émeutiers. Plusieurs chefs d'Etat lui adressent des félicitations et des décorations, notamment ceux d'Angleterre, de Russie, de France... Célèbre et honoré, il s'éteint à Damas le, 26 mai 1883. Une foule considérable assiste à ses funérailles.

L'œuvre écrite :

L'Emir a beaucoup écrit. On peut citer notamment :

1-Dhikrâ al-âqiI, traduit en 1856, puis de nouveau en 1977 cette seconde traduction de R. KhawAm porte le titre de 'lettre aux français' ( réedit. Rahma. Alger). L'Emir y fait preuve d'une grande culture. 

2 - AI-miqràdh aI-hâdd (réed. Rahma. Alger). Il s'agit d'une réfutation de ceux 
qui s'attaquent àl'islam.

3 - AI-Sayra aI-dhàtiyya (autobiographie), éditée à Alger (Dar-al-Umma)

4 - AI-mawâqif (médiations mystiques) édit, de Damas et d'Alger (ENAG. 1996) 3 volumes.

5 -La correspondance dispersée dans plusieurs ouvrages ou dans les bibliothèques et qu'il faudrait éditer.

 


Circonscription

Nom du Khalifa

MASCARA, première capitale

ensuite

TAGDEMPT–EZZEMALA (smala )

MOHAMMED BENFREHA AL MAHAJI

remplacé par

EL HADJ MUSTAPHA IBN AHMED AT-TOUHAMI

TLEMCEN

MOHAMMED AL BOUHAMIDI AL WALHAÇI

 

MILIANA

MOHAMMED MOHIEDDINE BEN ALLEL AL KALI’I

remplacé par

MOHAMMED BEN ALLEL

TITTERI

(MEDEA)

MUSTAPHA BEN MOHIEDDINE

remplacé par

MOHAMMED AL BERKANI

 

MAJANA

(SETIF)

MOHAMMED BEN ABDESSLAM

remplacé par

MOHAMMED BEN AL KHARROUBI

remplacé par

MOHAMMED BEN OMAR EL AISSAOUI

SAHARA OCCIDENTAL (LAGHOUAT)

EL HADJ LARBI IBN EL HADJ AÏSSA

remplacé par :

KADDOUR IBN ABDELBAKI

BORDJ HAMZA – DJURDJURA (BOUIRA)

AHMED TAYEB BEN SALEM

LES ZIBANS (BISKRA)

FERHAT IBN SAÏD

remplacé par :

HASSAN IBN AZZOUZ

remplacé par :

MOHAMMED SEGHIR IBN ABDERRAHMANE IBN AHMED IBN AL HADJ

Après la deuxième moubayâ (publique), l’Emir a jugé nécessaire d’organiser son Etat administrativement et militairement, d’unifier les rangs du peuple au sein d’un état moderne dans le cadre des principes islamiques et de l’orienter vers le but suprême , à savoir la guerre  pour la cause de Dieu. Il prit Mascara comme capitale de son Etat et siège de son gouvernement, d’autant qu’il mit en place l’appareil administratif central d’un gouvernement regroupant des ministères, un conseil consultatif ainsi que d’autres appareils.

L’Administration Centrale

Elle regroupe les nidharas, le bureau de rédaction et correspondances, le haut conseil consultatif princier, la hijaba ainsi que d’autres fonctions. Il nomma Mohammed Ben Larbi au poste de ministre, attribua le ministère des affaires étrangères à Abu Mohammed el Hadj el Miloud ibn Arrach, celui des biens waqf à el Hadj Tahar Abu Zayd, le ministère des impôts et de la zakat à El Hadj Abu Mohammed al Jilani, le ministère du trésor à el Hadj Jilani Benfreha. Il nomma comme secrétaires son cousin Ahmed ibn abu Taleb et el Hadj Mohamed el Kharroubi. Le protocole fut confié à Mohamed ibn Ali ar-rahawi.

Le Haut Conseil consultatif princier regroupe onze membres choisis parmi les plus grands savants et notables, présidés par le doyen des juges Ahmed al Hachemi al Marahi qui représente l’Emir. Le conseil discute des affaires au sujet desquels il émet des jugements. Il  dispose d’un registre spécial.

Selon le découpage administratif dans l’Etat de l’Emir le nombre de circonscriptions administratives a atteint huit, chacune d’entre elles est subdivisée en Aghalik (daïra).  A la tête de chaque daïra, est désigné un superviseur ayant titre « d’agha ». Chaque daïra regroupe un certain nombre de tribus, avec à la tête de chacune d’elles un caïd et à la tête de chaque douar ou arch (famille élargie), il y a un cheikh.

A l’époque de l’Emir, la circonscription était dirigée par un khalifa désigné par l’Emir lui-même qui plaçait sous l’autorité directe du khalifa des unités de l’armée régulière de cavalerie et fantassins. La durée de son mandat n’était pas limitée dans le temps et il est assisté par un conseil consultatif local, sorte de prolongement du conseil consultatif central.

Le khalifa disposait de prérogatives étendues parmi lesquelles la collecte des impôts et le maintien de l’ordre public dans le cadre de sa circonscription. De même qu’il joue le rôle d’intermédiaire entre l’Emir et l’agha au niveau de la daïra.

L’agha était désigné pour une année par le khalifa et parfois par l’Emir lui-même et son mandat pouvait être prorogé.

L’agha dispose d’autres prérogatives parmi lesquelles la désignation du caïd dans la tribu pour une durée d’une année également.

Au bas de la pyramide, on trouve le cheikh de la tribu désigné par élections, dont le rôle consiste à assurer le maintien de l’ordre et la sécurité aux  frontières dans le cadre de son arch.

Outre cette organisation judicieuse, l’Emir avait œuvré à la mise en place d’une monnaie considérée comme l’un des symboles de la souveraineté. Sur ses deux facettes, était frappé le verset suivant : « Quiconque recherche une religion autre que l’Islam, verra cela rejeté ».

Puis, il dessina un étendard au milieu duquel figure une broderie de couleur dorée avec sur l'un des côtés « Le triomphe sera accordé par Dieu et la victoire est proche » et sur l’autre côté l’expression : "Le défenseur de la religion (Nacer Eddine) Abdel Kader ibn Mohieddine".

        Circonscription

Khalifa

Fantassins

Cavaliers

Tobjia ou canonniers

Non incorporés

Fantassins ----  Cavaliers

Total

        TLEMCEN

Mohammed el Bouhamidi

800

200

30

4000

8000

13030

       MASCARA

El Hadj Mustapha ben Touhami

1000

200

30

2000

8000

11230

       MILIANA

Mohammed ben Allel ben Moubarek

1200

200

40

4000

5000

10440

          TITTERI                

           (MEDEA)

Mohammed el Berkani

600

200

30

2000

4000

6830

         BORDJ HAMZA        

         (BOUIRA)

&        DJURDJURA

Ahmed ben Tayeb ben Salem

300

50

 

2000

2000

4350

        MAJANA (SETIF)

Mohammed Omar El Aïssaoui

300

50

 

 

 

350

         ZIBANS

        (BISKRA)

El Hassan ben Omar

300

50

 

 

 

350

         SAHARA  

        OCCIDENTAL

         (LAGHOUAT)

Kaddour ben Abdelbaki

300

50

30

2000

6000

8380

 


 

[Avant l'Occupation][La conquete][Abd el Kader][Les Revoltes][Nationalisme][Les Nationalistes][La Revolution][G.P.R.A.][L'independance][Livres][Pétition Mira][Textes Officiels]

 toufik bakhti.
tbakhti@hotmail.co.uk

 

 

marqueur eStat'Perso