Make your own free website on Tripod.com

Appel du 1er NovembreNovembre 1954Decembre 1954

 La guerre d'Algérie (noms alternatifs, selon les points de vue : guerre d'indépendance algérienne ou guerre de libération algérienne) se déroula de 1954 à 1962 et fut de la part du Front de libération nationale soutenu par le peuple algérien (en large minorité au début) et une partie importante de politiques français agissant (envoi d'armes et d'argent), une période de lutte contre la colonisation de peuplement française.

L'origine du déclenchement de cette guerre a été principalement à cause des massacres perpétrés par l'armée française en 1945, le jour même de la fin de la seconde guerre mondiale. En effet, des dizaines de milliers d'algériens, estimés à 68 000 combattants, participèrent à la libération de la France. En contre partie, les algériens revendiquèrent légalité des droits (les algériens à l'époque étaient considéré comme des citoyens de seconde zone). La réponse à cette revendication a été les massacres de Setif, Guelma et Kherrata où les bombardements de larmée française ont fait environ 48 000 morts algériens.

Cette lutte se traduisit par des exactions contre les populations civiles européennes ainsi que par une guérilla, des maquis et des affrontements contre l'armée française, qui comprenait aussi des unités de supplétifs musulmans appelés Harkis. Les civils européens furent très tôt pris pour cible dans des attentats ou des massacres comme à El Alia. Les représailles de l'armée furent dures, avec notamment des opérations de renseignement en ayant recours à la torture pour finalement endiguer les attentats, notamment pendant la bataille d'Alger. Le FLN se battit aussi contre les autres nationalistes et, pendant quelques mois entre février 1961 et juin 1962, l'OAS mena une vaine action de contre-terrorisme qui se termina en affrontement contre l'armée française et un attentat contre le général De Gaulle (le Petit Clamart). Cette guerre finit par l'indépendance de l'Algérie le 5 juillet 1962, sans qu'aient été ratifié par les représentants algériens les fameux accords d'Évian.
Cette guerre s'inscrit dans le cadre du processus de décolonisation qui s'est déroulé après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Pour la France, cela concerna entre autres l'Algérie, l'Indochine, Madagascar, le Maroc, la Tunisie l'Afrique équatoriale française et l'Afrique occidentale française. Le cas de l'Algérie se différenciait des autres en ce sens qu'elle était un pays occupé, avec un million de citoyens français (les « Pieds-Noirs ») qui y vivaient, souvent depuis plusieurs générations ou étaient comme les Juifs autochtones. L'Algérie - sous occupation française depuis 1830 - était considérée comme faisant partie du territoire national, elle était divisée, au moment de l'indépendance, en 15 départements (chefs-lieux : Alger, Batna, Bône, Constantine, Médéa, Mostaganem, Oran, Orléanville, Sétif, Tiaret,Tizi Ouzou, Bougie, Saïda, Ouargla, Colomb-Béchar).

Cette « guerre » qui fut longtemps désignée sous le nom « d'événements d'Algérie » fut surtout, sur le plan militaire une guérilla entre une armée française disparate, faisant cohabiter commandos de troupes d'élites (paras, légionnaires) et appelés du contingent face à des commandos FLN très mobiles. Elle fut aussi une guerre civile, aussi meurtrière, qui vit la victoire du FLN sur ses rivaux algériens, notamment le MNA (Mouvement National Algérien). 



tbakhti@hotmail.co.uk